Shippagan accueillera le premier Forum francophone sur l’apprentissage

SHIPPAGAN – Les compressions en éducation annoncées récemment par le gouvernement du Nouveau-Brunswick alimenteront sans doute de nombreuses discussions lors du 1er Forum francophone sur l’apprentissage à l’Université de Moncton, campus de Shippagan. Mais les organisateurs souhaitent avant tout créer un espace de réflexion qui permettra d’aborder toutes les facettes de l’éducation en français dans la province. Le 1er Forum francophone sur l’apprentissage se tiendra le 30 avril et le 1er mai à l’Université de Moncton, campus de Shippagan (UMCS). Le comité organisateur souhaite donner la parole à la communauté pour qu’elle puisse échanger des idées sur les enjeux et les perspectives liés à l’apprentissage dans les milieux francophones du Nouveau-Brunswick. La plupart des sujets ont été choisis à la suite d’une tournée provinciale à l’automne 2014. Parmi ceux-ci, la collaboration entre les écoles et les communautés, l’inclusion scolaire et les nouvelles technologies, les services aux élèves, la culture et l’identité pour n’en nommer que quelques-uns. «Nous pensons que les gens de notre milieu ont des choses intéressantes à dire. Nous avons tous une contribution positive à apporter à l’apprentissage et à l’éducation. Nous avons tous au cours des dernières semaines et années entendu parler des défis au Nouveau-Brunswick. Nous voulons donner un regard positif à l’apprentissage et à l’éducation», explique Lyne Chantal Boudreau, professeure en éducation à l’UMCS. Lyne Chantal Boudreau est bien consciente des enjeux présents dans le milieu de l’éducation, dont plusieurs ont été remis à l’ordre du jour lors du dévoilement du premier budget du gouvernement libéral de Brian Gallant. Il va notamment supprimer 249 postes d’enseignants au Nouveau-Brunswick. La professeure en éducation souhaite que cet «espace de réflexion» permette à la population de se doter de nouveaux outils afin de mieux pouvoir participer au débat provincial. «J’entends diverses réactions, mais je crois qu’il faut consulter la population pour qu’elle soit plus consciente et responsable des choix que le gouvernement fait. Je crois aussi à l’importance de poursuivre la recherche pour être capable d’avoir une pensée critique lors de la création de nouvelles initiatives pédagogiques. Je crois que plus les gens seront informés, plus les décisions du gouvernement seront mieux comprises. Il faut amener les gens autour de la table pour poursuivre la discussion sur ce qui se passe dans notre province.» Le comité organisateur a l’intention de publier un rapport et un compte rendu à la suite de l’événement afin de partager l’information avec le grand public.

Organisatrice du forum

Sur la photo nous apercevons les trois organisatrices principales: Claudine Auger, Arline Laforest et Lyne Chantal Boudreau

Commentaires désactivés.