Protégeons nos berges

L’érosion se produit naturellement là où l’eau et la terre se rencontrent. C’est un processus où l’eau et le vent déplacent la terre d’un endroit vers un autre. La hausse du niveau de la mer est une réalité. L’érosion excessive est très néfaste pour les cours d’eau, car elle affecte les poissons et leurs habitats. L’érosion endommage également les terrains au bord de la mer et des rivières. Il est impossible d’arrêter complètement l’érosion, mais il est possible de la ralentir. Voici des trucs :

  • Ajoutez des plantes et des arbustes indigènes sur le bord des rivières, ce qui absorbe l’impact des vagues et du vent (Zone tampon).
  • Plantez des espèces qui ont des racines profondes, ce qui permet de garder le sol en place.

Quand on transplante des végétaux directement au bord de la rivière, on peut les protéger de l’eau et des glaces avec des roches ou des piquets. Cependant, la façon dont on planifie l’aménagement d’un terrain peut avoir une influence sur le milieu riverain. Voici des trucs pour faire un meilleur aménagement d’un terrain près d’un plan d’eau :

  • Les sentiers qui mènent au plan d’eau devraient serpenter au lieu d’aller tout droit.
  • Avoir un quai flottant au lieu d’un quai de ciment.
  • Évitez des murs massifs qui modifient les berges des rivières et des côtes.
  • Vérifiez avec le ministère de l’Environnement au cas où un permis de modification de cours d’eau ou de terres humides est nécessaire.

 Il très important de bien vous informer sur les méthodes de protection pour votre terrain.

  • Consultez le ministère de l’Environnement pour les options.
  • Informez-vous sur les risques de hausse du niveau en ce qui concerne votre terrain.

1. Démarche pour l’installation d’une stucture fixe

L’installation d’une structure de protection côtière doit parfois être approuvée par le gouvernement du Nouveau-Brunswick. Cela dépend surtout de l’endroit où la structure sera placée.

Si une structure doit être placée en totalité ou en partie sur les terres de la Couronne, c’est-à-dire en dessous de la limite des marées hautes ordinaires, une demande doit être envoyée au ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick. Les lignes directrices de la Politique provinciale sur les terres submergées seront alors appliquées. Tu peux trouver une copie de cette politique à l’adresse suivante : http://www2.gnb.ca/content/dam/gnb/Departments/nr-rn/pdf/fr/Publications/CLM0142004.pdf

Si une structure doit être placée à moins de 30 m d’un marais côtiers ou toutes autres terres humides vulnérables, une demande doit être envoyée au ministère de l’Environnement du Nouveau-Brunswick. Les lignes directrices de la Politique provinciale sur la conservation des terres humides seront alors appliquées. Tu peux trouver une copie de cette politique à l’adresse suivante :http://www2.gnb.ca/content/dam/gnb/Departments/nr-rn/pdf/Wetlands-TerresHumides.pdf

Finalement, la meilleure chose à faire avant de débuter la construction d’une structure de protection est de communiquer avec le bureau régional du Ministère des Ressources naturelles. Dans le cas de Shippagan, c’est au bureau de Tracadie-Sheila qu’il faut téléphoner ou se rendre:

Ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick
552, rue Rivière-à-la-Truite
Tracadie-Sheila, Nouveau-Brunswick
E1X 1A7, Canada
Téléphone: (506) 394-3636
Télécopieur : (506) 394-3646

Afin d’avoir un aperçu plus réaliste d’une telle démarche, voici un exemple qui s’est déroulé tout près de chez nous. Cliqué sur ce lien PDF pour en savoir davantage : La Pointe Carron : Vivre dans un écosystème côtier

Voici un autre document qui s’intitule S’adapter au littoral maritime

Voici un hyperlien par rapport aux changements climtaiques : http://www2.gnb.ca/content/gnb/fr/ministeres/egl/environnement/content/changements_climatiques.html

Voici un hyperlien par rapport a différentes mesure d’adaptation aux changements climatiques :
http://www8.umoncton.ca/littoral-vie/adaptation_climatiques/municipalite_adaptation.php