Notre eau potable

À l’échelle mondiale, le Canada vient au deuxième rang après les États-Unis pour la quantité d’eau utilisée par habitant. Le Canadien moyen utilise plus de 122 000 litres d’eau par année, ce qui veut dire 335 litres par jour. Environ la moitié de ce volume d’eau est gaspillée inutilement. L’eau perdue par les robinets qui fuient, par les vieilles toilettes dévoreuses d’eau, par l’arrosage excessif des terrains et d’autres usages extérieurs pourrait remplir plus de 9 milliards de baignoires chaque année (source : http://www.cgerp.ca/ )

À la maison, il est intéressant de savoir combien d’eau on utilise pour chaque geste de la vie quotidienne.

Voici la consommation moyenne par utilisation d’eau. (source : http://ressources.doc.free.fr/spip/IMG/pdf/leau-au-quotidien.pdf)

eau-potable-graph

Seulement 7% de notre consommation totale est réservée à la boisson et à la préparation des aliments. La plupart de l’eau que nous consommons à la maison, soit 93%, est donc utilisée pour l’hygiène corporelle, la chasse d’eau des toilettes, et diverses tâches ménagères.

1. Comment réduire la consommation d’eau

À l’intérieur :

  • Réparez sans tarder les robinets qui fuient.
  • Remplacez la toilette consommant beaucoup d’eau par un modèle à faible débit ou à haute efficacité.
  • Remplacez vos appareils électroménagers en place par des modèles consommant moins d’eau.
  • Prenez plutôt des douches de courte durée de préférence à un bain et dotez de brise-jet les robinets et les  pommes de douche.
  • Évitez de laisser couler l’eau inutilement lorsque vous vous brossez les dents, lorsque vous vous rasez, ou lorsque vous vous lavez.
  • Ne faites que de pleines brassées de lessive et remplissez le lave-vaisselle avant de vous en servir.
  • Gardez une bouteille d’eau potable au réfrigérateur. Ne laissez pas couler le robinet jusqu’à ce que vous obteniez de l’eau froide.

À l’extérieur :

  • Utilisez un balai pour nettoyer l’entrée ou le trottoir au lieu de les arroser avec de l’eau.
  • L’arrosage des plantes au printemps n’est pas toujours conseillé. Moins l’arrosage est abondant au début de la  saison de croissance, plus les racines s’enfoncent dans le sol. Cette mesure permet de créer une plus grande  réserve d’eau.
  • Pour arroser votre jardin ou pelouse, utilisez un arroseur adéquat à arrêt automatique qui convient à vos  besoins. Les pelouses ne devraient pas être arrosées plus d’une fois tous les trois à cinq jours.
  • Recueillez l’eau de pluie dans de grands réservoirs et utilisez-la pour arroser les plantes à l’extérieur.
  • Utilisez un seau et une éponge pour laver la voiture, rincez ensuite rapidement en utilisant un boyau d’arrosage   muni d’un pistolet de distribution.

Source : http://www.cgerp.ca/

2. Carte des puits municipaux et des champs de captage

Afin d’avoir de l’eau potable de bonne qualité, il faut que les gens limitent la circulation et les activités à l’intérieur des zones de protection des sources d’eau potable. Voici une carte des différents puits et champs de captage qui desservent la Ville de Shippagan.

Ces puits et champs de captage sont situés plus précisément dans l’avenue du Tré-Carré. Sur ce schéma vous pouvez distinguer trois zones bien distinctes, soit : zone A, B et C. Dans chacune de ces zones, différentes activités peuvent avoir lieu ou non. Pour de plus amples renseignements sur ces activités, cliquer sur le lien du Ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux.

carte-puits

Source : Ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux, 2001.Programme de classification des eaux du Nouveau-Brunswick

Le niveau d’eau calculé que l’on ne devrait jamais dépasser pour Shippagan est de 274 000 000 Gal Imp. Ce chiffre a été calculé il y a quelques années par un hydrogéologiste. Il faut dire que ce chiffre n’a pas été dépassé depuis 2006. Cependant, au début des années 2000, nous l’avons excédé et cela peut créer des effets négatifs sur les puits :

  • Premièrement, il peut y avoir une quantité plus élevée de manganèse et de fer. Heureusement, ces deux éléments ne sont pas dangereux pour la santé humaine, mais cela crée une nuisance esthétique (exemple : tache le linge lors du lavage).
  • Deuxièmement, il peut y avoir plus de bactéries dans le réservoir. Pour pallier à cette situation, depuis 2001 la Ville a introduit du chlore dans l’eau.

Une pénurie d’eau pourrait avoir d’importantes conséquences pour la Ville de Shippagan.  Si une telle situation se produisait, la municipalité devra prendre des mesures afin de remédier à la situation.

La Ville de Shippagan a en place un Arrêté No. 73-2010 qui restreint la consommation d’eau, plus précisement aux paragraphes 5, 6 et 7. Par ailleurs, en cas de circonstances particulières,  le Conseil municipal peut, par voie de résolution, ajouter des restrictions additionnelles.

Lien : http://www.shippagan.ca/index.cfm/1,127,536,33,html/ARRETE-NO-73-2010