Compostage à la maison

1. Pourquoi composter ?

Le compostage améliore la qualité du sol et aide à réduire la pollution :

  • Le compost est un moyen simple et efficace pour contribuer comme citoyen à la protection de l’environnement. Contrairement à d’autres actions, le compostage ne demande pratiquement pas d’équipements. Vous pouvez produire votre propre compost facilement à la maison avec vos rebuts ménagers.
  • Le compostage permet de réduire jusqu’à 30 % les déchets qui se retrouvent dans les sites d’enfouissement. Ainsi, la durée de vie de ces centres d’enfouissement est augmentée. De plus, en faisant votre compost maison, vous pourrez diminuer vos ordures ménagères de 30 à 50%
  • La décomposition des matières organiques enfouies dans les dépotoirs libère, lorsqu’en contact avec des métaux lourds et autres composés dangereux, un gaz responsable de l’effet de serre.
  • Le compost permet de prolonger la croissance des plantes et arbustes en augmentant le degré de chaleur du sol où a été placé le compost en question.

2. Comment composter à la maison en 10 étapes faciles

  • Procurez-vous un contenant à résidus que vous déposerez sur le comptoir de la cuisine ou sous l’évier.
  • Affichez la liste des matériaux à composter bien en vue.
  • Procurez-vous un composteur auprès de votre municipalité ou dans les magasins à grande surface, ou encore fabriquez-le à partir de bois (cèdre), de treillis métallique, de briques, etc.
  • À l’aide d’une pelle, retournez la terre à l’endroit où vous avez choisi de placer le composteur. Préférez un endroit ensoleillé et bien drainé.
  • Couvrez le fond du composteur d’un rang de 5 ou 6 cm d’épaisseur de petites branches sèches.
  • Déposez ensuite, sur ce nid de branches, une couche de feuilles mortes ou de terre. Ceci permettra à l’air de circuler et améliorera le drainage.
  • Superposez 2 parties de matières riches en carbone (matières brunes ou sèches) pour 1 partie de matières riches en azote (matières vertes ou humides).
  • Ajoutez ensuite du compost fini, de la terre à jardinage ou du papier journal pour éviter que les mouches n’élisent domicile dans votre bac de compostage.
  • Aérez le tas de compost avec un aérateur ou une fourche à jardin une fois par semaine.
  • Profitez-en pour vérifier le taux d’humidité. Arrosez le compost jusqu’à ce que son humidité soit comparable à celle d’une éponge essorée. N’oubliez pas qu’il est toujours plus facile d’ajouter de l’eau que d’en enlever!

Le produit final sera un terreau riche et foncé dégageant une bonne odeur d’humus. Utilisez-le dans le potager, les plates-bandes, les jardinières, autour des vivaces, sur le gazon. Et rendez à la terre ce qu’elle vous a donné!

3. Et les odeurs ?

La présence d’odeurs s’explique par un manque d’air ou un déséquilibre entre l’azote (vert/humide) et le carbone (brun/sec). Rééquilibrez le tout, aérez, assurez-vous que le fond du composteur ne baigne pas continuellement dans l’eau et le tour est joué!

4. Quoi composter ?

Matières riches en azote
(matières vertes ou humides)
Matières riches en carbone
(matières brunes ou sèches)
 Matériaux à ne pas composter
– Restes de fruits et de légumes (même moisis)- Coquilles d’oeufs

– Tontes de gazon fraîches

– Mauvaises herbes fraîches

-Feuilles d’Arbres séchées-Paille/foin

-Sciure de bois

-Marque de café (filtre inclus)

-Sachet de thé (sachet inclus)

-Serviettes de table

-Papier (préférable de le recycler)

-Pâtes alimentaires

-Pain

-Riz

-Écales de noix

-Noyaux

-Tissus naturels (coton, lin, laine, cuir non-traité…)

-Viande et poisson-Huile (gras)

-Os

-Produits laitiers

-Feuilles de rhubarbes (la tige peut être compostée)

-Mauvaise herbe montée en graine ou rampante

-Gazon traité

-Plantes ou feuillage malade

-Cendres de bois

-Briquettes de BBQ

-Excréments d’animaux ou d’humain (peut contenir des pathogènes)

-Poussière d’aspirateur

-Matériaux contaminés avec des pesticides ou des produits dangereux (ex: bois traité).